>  Activités  >  Environnement  >  Les énergies renouvelables marines  >  Infos  >  Les éoliennes offshore

Infos

Les éoliennes offshore

winflo.jpg

La France s'est fixé pour objectif de produire 4.000 MW d'électricité à partir d'éoliennes en mer à l'horizon 2015.

En 2006, le parc éolien offshore mondial était de 900 MW exclusivement situés en Europe (continent où l’industrie éolienne est née), ce qui ne représentait que 2 % du parc éolien total. Les machines offshore ont initialement été développées à partir des modèles terrestres : ce sont des installations modérément complexes qui se situent sur des zones proches des côtes et en eaux peu profondes comme les bancs de sable.

 

La France dispose d’un remarquable potentiel éolien offshore et notre pays pourrait parfaitement produire, à l’horizon 2020, 10 % de sa consommation électrique totale, soit 53 TWh, à l’aide de 3000 éoliennes maritimes de 5 MW. Ces 53 TWh produits grâce à l’éolien offshore correspondraient à la quasi-totalité de notre production électrique d’origine thermique et permettraient en outre de réduire de 13,5 % (56 millions de tonnes par an) nos émissions annuelles de CO2.

En France, le Grenelle de l'environnement préconise une multiplication par 4 des éoliennes et par 10 de la puissance installée, soit une capacité de production électrique de 25.000 MW dont 6.000 MW d'offshore, pour parvenir à l'objectif de 20 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) d'énergies renouvelables supplémentaires en 2020.

Les professionnels de la pêche se sont exprimés en Février 2010, sur les sites propices au développement des énergies marines renouvelables.

Dans un souci de concertation, La Région Bretagne et l’Etat engagent une étude associant les différents usagers de la mer pour cerner les projets d'énergies marines renouvelables.

28 Février 2010 : Les Comités des pêches se sont prononcés sur les zones identifiées comme étant "propices" par l'état, à savoir le littoral de Saint Malo et de Saint Brieuc. Ils ont réclamé une étude plus poussée qui leur permettront une analyse fine des retombées sur l'activité de pêche dans ces zones. Pour ce faire, les Comités des pêches ont employé 2 chargés de missions et des collecteurs de données pour identifiés les professionnels de la pêche et leurs activités, afin d'établir les répercussions des projets de parcs éoliens dans le secteur. Cette étude a donné lieu à une contre-proposition des Comité des pêches vers une zone de moindre contrainte pour les pêcheurs.

Ce programme s'inscrit dans les idées du Grenelle de la Mer de Juillet 2009. En effet, le lancement d’un grand plan « Energies bleues » permettra d’investir massivement dans les énergies marines renouvelables.

Principe de fonctionnement d'une éoliennes off-shore

D'un point de vue technique, les installations offshore ont dans un premier temps été développées à partir des modèles terrestres, malgré la différence de contextes. Les éoliennes situées en mer sont pourtant soumises à des conditions météorologiques difficiles. Mais de larges progrès technologiques ont été réalisés ces derniers temps et les constructeurs développent aujourd'hui des machines adaptées aux conditions en mer. Les procédures administratives, les réseaux électriques sont également à adapter à ce type de production électrique. Les obstacles techniques qui restent à lever sont de taille…

Le principe de fonctionnement est le même que pour une éolienne terrestre, cependant les conditions en mer implique la construction d’engins plus robustes : les mâts doivent être étudiés pour résister à la force des vagues et du courant, la protection contre la corrosion doit être renforcée, le raccordement électrique implique des câbles sous-marins.

- Avantages : énergie propre + présence de vent puissant et régulier au large des côtes + rentabilité supérieure aux éoliennes terrestres.

- Inconvénient : installation onéreuse.

Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Afficher toute la rubrique