>  Activités  >  Environnement  >  Les énergies renouvelables marines  >  Infos  >  Les éoliennes flottantes

Infos

Les éoliennes flottantes

eolienne-flottante.jpg

Les concepteurs travaillent au développement de structures flottantes supportant les éoliennes et résistant aux sollicitations de l’environnement marin : vagues ou encore rafales de vent.

Afin de s’affranchir de la profondeur des fonds marins pour installer des éoliennes en haute mer, la société Hydro a développé un nouveau concept de plateforme flottante pour éolienne.

Les éoliennes peuvent alors être installées loin des côtes, par exemple pour alimenter en énergie des plateformes gazières ou pétrolières.

La 1ère éolienne flottante est née en Norvège Décembre 2009 grâce à la société pétrolière StatoilHydro.

 

La Bretagne : troisième projet éolien offshore proposé par Nass & Wind - Octobre 2009

Le bureau d'études Lorientais Nass & Wind a proposé un nouveau projet d'installation de parc éolien offshore à 12km des côtes du Croisic s'ajoutant aux deux projets déjà existants au large de Saint-Brieuc et de Belle-Ile-en-Mer. [Tribune]

Ce nouveau parc qui compterait entre 60 et 80 éoliennes flottantes d'une puissance unitaire de 5 MW (les seules à atteindre cette puissance sont pour l'instant les Multibrid 5M d'Areva et non les Winflo soutenues jusque-là par Nass & Wind) développerait une puissance estimée entre 300 et 400 MW, soit suffisamment d'électricité pour alimenter entre 450.000 et 600.000 foyers (hors chauffage selon les calculs du media on line).

La mise à l'eau des démonstrateurs est prévue pour 2011. Le projet se composera d'un flotteur semi-submersible, d'une éolienne légère et d'un dispositif d'ancrage caténaire. D'une puissance de 2 à 3 MW, il sera immergé à une profondeur de 50 à 150 m et raccordé au réseau électrique. La société néerlandaise Blue H, implantée à Rennes, porte le projet DIWET (Deepwater Innovative Wind Energy Technology). Son prototype d'éolienne flottante, d'une puissance de 3,5 MW, sera immergé entre 70 et 150 m de profondeur, à dix milles nautiques de la côte. L'éolienne sera placée sur une plate-forme flottante maintenue sous l'eau par des contrepoids posés au sol. Cette méthode, qui a le soutien de l'Ifremer, permettrait de construire des éléments plus légers et moins rigides face aux éléments marins. Les éoliennes, elles, ne diffèrent pas. Leurs mâts dépasseront les flots de 60 à 70 mètres et accueilleront des turbines à deux pales de 40 mètres de rayon.

Nass & Wind espère une mise en chantier de ce nouveau projet d'ici à 5 ans, pour une mise en service aux alentours de 2015. Bien entendu, une consultation publique et une étude d'impact environnemental devront être lancées avant d'obtenir une concession du domaine public maritime et c'est le rôle de Nass & Wind offshore de s'en occuper.

Les deux autres projets bretons sur les énergies de la mer sont :

◊   le projet du plateau du Grand-Léjon, au large de Saint-Brieuc aussi proposé par Nass & Wind qui en a lancé l'étude d'impact environnemental en novembre 2008 selon une déclaration faite par sa directrice Nathalie Le Meur précisément le 7 octobre 2008 au média Le Télégramme (pour l'instant aucun résultat officiel de cette étude)

◊   le projet au large de Groix et de Belle-Ile aussi étudié par Nass & Wind

Deux types d'éoliennes, toutes deux flottantes, sont en concurrence pour équiper les futurs parcs bretons : l'éolienne DIWET fabriquée par Blue H France et l'éolienne WINFLO labellisée par le Pole Mer Bretagne.

Deux rendez-vous sont à noter :

- La prochaine conférence European Offshore Wind aura lieu à Amsterdam du 29 novembre au 1er décembre 2011 (www.eow2011.info);

- Une participation du Pôle Mer Bretagne est également envisagée au grand salon onshore et offshore de l'éolien « European Wind Energy Conference and Exhibition », qui se tiendra du 20 au 23 avril 2010 à Varsovie (www.ewec2010.info).

Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Afficher toute la rubrique