>  Activités  >  Environnement  >  Natura 2000 Roches de Penmarc'h  >  Infos  >  Lancement de la cartographie des habitats sur la zone Natura 2000 Roches de Penmarc’h

Infos

Lancement de la cartographie des habitats sur la zone Natura 2000 Roches de Penmarc’h

manip-poisson.jpg

La cartographie des habitats et espèces de la zone Natura 2000 en mer des Roches de Penmarc’h a démarré ce mois-ci.

Contrairement aux autres sites Natura 2000 en mer français, le site des Roches de Penmarc’h avait été retiré du marché national lancé par l’Agence des Aires Marines Protégées en 2010 pour la réalisation de l’état initial écologique des sites Natura 2000 en mer. Cette spécificité s’explique par le fait que le site avait déjà été retenu par l’Ifremer comme site pilote dans le cadre du programme européen MESH-Atlantic (Mapping European Seabed Habitats). De plus, le Muséum National d’Histoire Naturelle avait également choisi ce site pour y mener une étude dans le but d’évaluer l’état de conservation des habitats et espèces.

L’objectif de ce programme Interreg, lancé en 2010 pour une période de 3 ans, est d’expérimenter d’un point de vue méthodologique la cartographie effective de grandes superficies de fonds marins.

En effet, les nombreuses réalisations cartographiques en zone côtière par fonds inférieurs à 50 m, comme dans le cadre du projet Rebent par exemple, n’ont jusqu’ici concerné que des chantiers dont la surface est comprise entre 100 et 200 km², et pour lesquels les scientifiques s’attachaient à réaliser une couverture complète, tant en bathymétrie qu’en imagerie. Or, sur des sites plus vastes comme celui des Roches de Penmarc’h, qui représente une surface de 450 km² jusqu’à 90 m de profondeur, il est difficile d’un point de vue technique et financier de réaliser une couverture exhaustive.

 

Afin de parvenir à une cartographie des habitats benthiques de l’ensemble de la zone des Roches de Penmarc’h, ce programme propose donc d’examiner les potentialités offertes par un sous-échantillonnage des fonds.

La cartographie des fonds benthiques de la zone va donc se dérouler en trois temps :

-Une campagne LIDAR aéroportée sur les petits fonds (depuis l’estran à environ 15 m de profondeur selon la turbidité de l’eau), qui consiste à émettre depuis un avion un faisceau laser afin d’évaluer la bathymétrie et la topographie des fonds,

-Une campagne de levés acoustiques sur les fonds au-delà des 15 m, qui permet, à l’aide d’un sonar latéral, de différencier substrats durs et meubles. Des données de bathymétrie sont également collectées,

-Des campagnes de « vérité-terrain », consistant à effectuer des prélèvements à la benne sur les substrats meubles, et des plongées ou des vidéos sur les fonds rocheux selon la profondeur, afin de déterminer la nature précise des habitats. Ces dernières sont l’objet d’une collaboration entre le MNHN et Ifremer qui se partagent les coûts d’acquisition et de traitement des données.

La campagne LIDAR aéroportée a eu lieu au cours du mois de mars, avant la croissance des algues dont la canopée aurait gêné l’acquisition. 110 km² ont été couverts, y compris la zone intertidale. Ces données alimenteront le référentiel de relief « Litto3D » du Finistère.

La première phase de la campagne acoustique vient de se terminer. Elle est réalisée par le bureau d’étude Hocer qui a affrété pour l’occasion le navire Soizen de Didier Torre, basé au Guilvinec.

Fabrice Pluquet, sédimentologue chez Hocer, a dirigé cette campagne d’imagerie acoustique du 21 au 29 mars. L’utilisation de techniques indirectes, basées sur l’émission d’ondes acoustiques, est essentielle car elle permet une vision globale et rapide de l’ensemble des fonds marins.

Fabrice Pluquet a expliqué à Sophie Lecerf, la chargée de mission de la zone Natura 2000, le principe de cette acquisition au cours d’un embarquement la semaine passée :

« On utilise un dispositif de sonar à balayage latéral qui se compose d’un « poisson », remorqué au-dessus du fond à une vitesse d’environ 5 nœuds et qui émet sous l’eau des ultrasons de très courte durée d’impulsion. Le signal acoustique se propage dans l’eau et est rétrodiffusé avec plus ou moins d’intensité suivant la nature et la morphologie du fond ».

Le sonar restitue une image acoustique du fond en différentes teintes de gris selon l’intensité du signal rétrodiffusé (le principe est assez semblable à celui d’une échographie chez le médecin). Sur ces images, les limites de faciès (roches, graviers, sables, vase…) et la morphologie des fonds (rides de sable, dunes…) y sont en général bien visibles ».

Dans le cadre du levé sur le secteur de Penmarch, les profils réalisés ont une couverture de 300 m. Au total, 450 km de profils ont été acquis au cours de cette campagne, ce qui a donc permis de couvrir une surface d’environ 135 km², entre 15 et 90 m de profondeur.

Après traitement, les profils d’imagerie acoustique géoréférencés seront intégrés dans un logiciel SIG pour y être interprétés en termes de nature de fond. Il faut compter environ 2 jours de traitement à terre pour 1 journée d’acquisition en mer.

A l’issue de la première phase d’interprétation qui permettra d’aboutir à une carte morpho-sédimentaire provisoire, une semaine de levé acoustique complémentaire sera programmée durant l’été. S’en suivront toutes les campagnes de « vérité-terrain » en plongées, vidéo et prélèvements bennes.

Si tout se passe comme prévu, les premiers résultats constituant l’état initial écologique devraient être fournis début 2012.

M. Populus, en charge du programme MESH au département Dyneco d’Ifremer, expliquera plus en détail cette campagne lors du prochain Comité de pilotage du site Natura 2000 en mer des Roches de Penmarc’h qui se tiendra le lundi 11 avril prochain à 14h30 à la CCI de Quimper.

Le Comité de pilotage s'est réuni le 19 janvier 2010 à Quimper. A cette occasion, les groupes de travail thématiques se sont constitués.

Le 25 février dernier au Guilvinec, s'est tenue la première réunion du Groupe de travail "Activités socio-économiques" du site Natura 2000 en mer des Roches de Penmarc'h, en présence des usagers et membres du comité de pilotage du site.

Par ailleurs, lundi 29 mars 2010 au Guilvinec s'est tenu cette fois-ci la première réunion du Groupe de travail "Connaissance du patrimoine naturel". A l'ordre du jour :

- Calendrier des différents dispositifs d’acquisition des connaissances en cours et en projet sur les secteurs Penmarc’h-Glénan-Trévignon.

- Présentation et mise en œuvre de la démarche Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) par Sandrine Derrien, chargée de recherche à la Station de Biologie marine de Concarneau (MNHN) : proposition et discussion sur le choix des sites qui font l’objet d’un inventaire ZNIEFF-Mer.

- Etat des connaissances sur le phoque gris par Sami Hassani, chef du Laboratoire d’Etude des Mammifères Marins à Océanopolis, et proposition de mise en place d’un suivi de la population des Etocs.

Renseignements : Sophie Lecerf, chargée de mission Natura 2000 en mer, 06 83 17 94 20
slecerf@bretagne-peches.org

[pdf] Compte rendu de la réunion (532,14 ko)
Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Afficher toute la rubrique